Comment soutenir la grève totale des salariés de General Electric ?

Lisez le communiqué (27 novembre 2020) du comité  POID 69 :

Comment soutenir la grève totale des salariés de General Electric ?

Depuis lundi 23 novembre, les salariés de General Electric (GE) Grid Solutions (ex-Alstom) de Villeurbanne, rejoints par ceux de Saint-Priest, sont en « grève totale et reconductible ».

Ils se sont engagés dans la grève dans l’unité avec leurs syndicats CGT, CFDT et CFE/CGC contre un plan de plus de 600 suppressions d’emplois annoncé par GE France. La moitié frappe l’agglomération lyonnaise. Le site centenaire de Villeurbanne est menacé.

Les grévistes dénoncent la complicité de Macron et son gouvernement avec les patrons de GE :

   – par le rôle qu’il a joué en 2015 comme ministre de l’économie dans le rachat de la branche énergie d’Alstom par General Electric – son conseiller d’alors est devenu depuis Directeur Général de GE France !

   – par la distribution de dizaines de millions d’euros d’aides publiques depuis, alors que GE s’est déjà débarrassé de 3 000 salariés, au lieu des 1 000 créations promises !

   – et par le refus de prendre ses responsabilités pour empêcher le plan en cours.

• Dès le 23 novembre, les grévistes ont totalement bloqué la production.

• Le 24, 150 d’entre eux se sont rassemblés à Lyon face aux représentants du patron et ont décidé avec leurs délégués d’interrompre toute négociation sur le « PSE ».

• Le 25, ils se sont rendus à la Préfecture du Rhône pour interpeler l’État.

• Maintenant ils s’apprêtent à monter à Paris pour se faire enfin entendre, car ils sont déterminés à ne pas accepter le sort qu’on leur promet.

Les grévistes de General Electric ont raison !

Le comité du Rhône du POID leur apporte tout son soutien, nous qui ces derniers mois sommes allés à leur rencontre ainsi qu’à Renault Trucks, à SAD, à Famar et ailleurs pour mener campagne pour l’interdiction des licenciements. Campagne qui a collecté 30 000 signatures nationalement et conduit à deux rencontres nationales de délégués pour l’unité en ce sens (voir les appels qui en sont issus).

Bien sûr, la grève est l’affaire des grévistes qui décident souverainement avec leurs syndicats.

Mais ils ne peuvent pas rester isolés ! Le sort de ce site de production de pointe pour la distribution de l’électricité ne concerne pas que les salariés de GE : il concerne aussi les salariés de la sous-traitance, des centaines de familles de Villeurbanne et de l’agglomération, les jeunes qui veulent un avenir avec du travail ! Et au-delà, c’est la question du service public de l’énergie qui est en jeu.

On ne peut pas accepter plus de chômage, plus de précarité, plus de vies brisées par les licenciements.

Il y a urgence à agir pour soutenir la mobilisation de ces salariés et interdire ce plan meurtrier. Leur mobilisation exprime la volonté des milliers frappés par les plans décidés par des patrons prétextant de la pandémie… et qui profitent des 580 milliards d’euros d’argent public déversés par Macron et son gouvernement pour sauver les profits : ça suffit, il faut que cela s’arrête, nous voulons vivre de notre travail !

Comment agir pour la mobilisation de millions qui l’imposera ? Car oui, il faut agir : les soutiens en paroles apportés, même par des élus éminents, ne suffiront pas. Alors signez la lettre ouverte :

« Élus, responsables politiques, APPELEZ à la mobilisation UNIE
de toute la population aux côtés des salariés de GE
dans une manifestation pour l’INTERDICTION du plan de licenciements,
le maintien de tous les emplois et de tous les sites ! »


La Tribune des travailleurs publie en Une de son numéro 266 du 25 novembre 2020 un reportage et donne la parole aux grévistes de GE : commandez ce numéro !