La Tribune des canuts n°4 (décembre 2016)

Leur engagement… et le nôtre

TC4L’éditorial de Grégoire Connolly

« Ce qu’a dit François Fillon sur la retraite, la diminution du nombre de fonctionnaires… et dire qu’on va diminuer de 20 milliards la dépense publique, cela va porter encore une fois sur les collectivités locales ».

Qui parle ainsi ? Un élu soucieux de sa population et des fonctionnaires, direz-vous…

Non, il s’agit de Gérard Collomb, maire de Lyon et baron de la Métropole, commentant le programme de Fillon (Public-Sénat, 1er décembre). En somme, un homme en campagne commentant le programme « adverse » (1). De toute évidence, ce programme incarne pleinement la réaction. Mais qu’en est-il pour Collomb et son « engagement » pour ses agents et la population ? Ne met-il pas déjà en œuvre le programme de Fillon ?
Collomb « subit » les baisses de dotations ? Rappelons qu’il avait soutenu le Pacte de responsabilité de Hollande en 2014, qui imposait des milliards de baisse de dotations aux collectivités.

Collomb, soucieux du bien être de la population ?… Ou des banquiers (2) ? Le mensuel municipal Lyon Citoyen (novembre) explique que l’agence de notation Standard and Poor’s a relevé la note de Lyon à « AA », un « motif de satisfaction » pour le maire. On connait le premier critère de ces agences : les capacités à rembourser la dette publique (alimentée par les banquiers) permettant d’emprunter à nouveau (aux banquiers). Lyon Citoyen le justifie ainsi : « La Ville s’est dotée, dès 2015, d’un plan “Marges de manœuvre”. Objectif : réduire les dépenses de 40 millions d’€ d’ici à 2020. [L’agence] ne doute pas qu’une part importante sera réalisée d’ici à 2018 ». On comprend mieux le motif de fermeture de l’école Lévi-Strauss cet été : elle faisait partie des « marges de manœuvres ».

Collomb, soucieux des fonctionnaires ? Ou de leur diminution ? « En 2016, 9 millions d’€ [ont été] économisés (…) Ainsi malgré l’ouverture de services engendrés par l’augmentation de la population (écoles, crèches…)(3), les effectifs [ont été] en recul de 31 postes » (Site de la Ville sur le budget 2016). « Ces efforts se poursuivront en 2017, les créations à venir nécessaires aux ouvertures d’équipements devront être compensées par des suppressions de postes en nombre supérieur. Le solde net devra être de près de moins 20 postes. » (rapport pour le budget 2017 — conseil municipal du 14 novembre).

L’engagement de Collomb est bel et bien aux côtés des banquiers et des plans de l’UE et la Vème République — quel qu’en soit la couleur — pour répondre à leurs exigences.

Notre engagement, c’est celui de la rupture avec cette politique et son accompagnement. Notre engagement c’est le renforcement du Mouvement pour la Rupture, une force politique qui veut aider la lutte des travailleurs et des jeunes à aller jusqu’au bout : faire reculer les plans destructeurs, et en finir avec les institutions et représentants des banquiers (voir en bas de page 1 et en page 2).

(1) François Fillon est candidat « Les Républicains » à la présidentielle 2017. Gérard Collomb est le principal soutien d’un autre candidat, ancien ministre du président PS, Emmanuel Macron.

(2) Parmi lesquels E. Macron, son « poulain », issu de la prestigieuse banque Rothschild.

(3) Comprendre : « Le maire de Lyon et ses adjoints s’en seraient bien passés… »